mardi 26 août 2014

ZAD du Testet : Appel urgent à présence, soutien et occupation

Depuis l’appel à ré-occupation, peu de nouvelles ont circulé sur ce qu’il se passe sur la ZAD du Testet. Depuis le 15 août, la surveillance et l’oppression policière s’est renforcée. 
Aujourd’hui mardi 26 août les barricades sont tombées et commencent à s’enflammer. Une grève de la faim commencera le mercredi 27 août et prendra fin à la réception de réelles réponses aux questions sur la justification du projet et de l’acceptation par le Conseil général de participer à un débat public contradictoire.



Depuis Mai circule un appel à ré-occuper la ZAD du Testet à partir du 15 août car le chantier de déboisement de la zone risque de recommencer dès le 1er septembre.

L’info a bien circulé, autant dans les réseaux militants/alternatifs que chez nos adversaires du Conseil Général et de la CACG qui se sont empressés de prendre des mesures pour nous empêcher de nous installer : abattage d’arbres avec des cabanes soi-disant pour la sécurité des promeneureuses, arrêté interdisant le camping sur la zone, arrêté interdisant le rassemblement des personnes dans la vallée de Barat et du Testet, arrêté interdisant la circulation sur la D132 ( la route qui traverse la zad)... Toutes ces mesures ayant pour but de nous mettre des bâtons dans les roues pour le 15 août et les jours à venir jusqu’au 1er septembre et après...

Voilà notre quotidien depuis le 15 août : des barrages de flics aux entrées de la zone pour filtrer l’accès aux véhicules, des contrôles d’identités et fouilles des sacs pour toutes les personnes se baladant dans la forêt ( surtout celles avec un look qui sors de l’ordinaire), des passages et présences régulières à notre point d’accueil qui se situe à la Maison de la Forêt de Sivens avec des motifs plus ou moins flous pour nous emmerder, des copains et copines qui finissent au poste pour ces mêmes raisons...
Bref, grosse pression policière commanditée par la Préfecture dans le but de nous surveiller, de nous opprimer et de nous fatiguer.

Comment on s’organise malgré ça ?

Comme si des petits bouts de papiers et nos collègues en bleu pouvaient nous empêcher de nous retrouver pour partager un pique-nique en famille, c’est dans une ambiance tendue certes mais déterminée que nous nous sommes retrouvé.e.s dès le 15 août à la Maison de la Forêt de Sivens, lieu public très fréquenté et donc plutôt sécure pour nous car les flics aiment pas trop quand y’a des civils lorsqu’illes veulent nous emmerder.

Tous ces arrêtés au final nous empêchent d’acheminer du matériel de construction sur la zone et de nous réunir pour bâtir ensemble des cabanes, et jusqu’à maintenant ça a marché. Une tentative de construction à été découverte par les flics et dès le lendemain les machines du CG sont venues détruire et récupérer le matériel.
Fatigué.e.s de devoir subir le jeu légal des institutions étatiques en travaillant dans la clandestinité, on a donc décidé de ne plus se laisser faire et d’envahir la zone avec notre courage, nos chien.ne.s, nos nez de clowns,nos pelles,nos marteaux et une caravane posée sur parpaing à la Bouillonante, histoire de re-gagner peu à peu le contrôle de la zone !



Voilà, depuis vendredi la zone est à nouveau ré-occupée mais le rapport de force est lancé également et les préparatifs du chantier s’accélèrent : hier lundi 25 aôut une cinquantaine de gendarmes du coin nous tiennent en respect à la caravane tandis que des naturalistes effectuent les derniers prélèvements d’espèces nécessaire pour pouvoir commencer le déboisement et que des travaux de terrassement sont entrepris afin d’installer une base logistique pour les diferentes entreprises participant aux chantiers.

Aujourd’hui mardi 26 août les barricades sont tombées et commencent à s’enflammer tandis que les gendarmes essaient de rentrer sur zone avec les camions du CG pour continuer l’installation de la base logistique et finir les prélèvements d’espèces...

Dernières infos des zadistes à 12h10 : "Les barricades vont lâcher, les flics sont dans les bois avec les naturalistes, les travaux de terrassement continuent, ont essaie de les retarder, des coups de flash balls ont été tirés du coup ont réplique avec des cocktails molotovs, on va pas tenir longtemps, on a besoin de barricadier.e.s ! Faites tourner l’info au plus grand nombre, on a besoin de monde, on résiste !"



Et voici l’appel diffusé par les occupant.e.s de la ZAD :

APPEL A OCCUPATION DE LA ZAD DU TESTET

Parce que nous n’acceptons pas d’être classifié-e-s, monétisé-e-s et déterminé-e-s par d’autres que nous mêmes, nous occupons clandestinement la zone et nous opposons à ce gigantisme destructeur. Anti-autoritaires, autogestionnaires nous nous organisons en mettant en pratique les idées qui nous animent.

Aujourd’hui le temps nous est compté. La machine capitaliste est déterminée à faire dérailler les rouages de la résistance. Depuis le 15 août, une forte répression est en mise en place, tentant de nous affaiblir.

MONTRONS LEUR QUE NOUS SOMMES NOMBREUX-SES
Ami-e-s Grimpeures, Pacifistes, Barricadièr-e-s, Pirates, Bâtisseures et tous les autres,

VIENDEZ !!!!

Ce message est à diffuser le plus largement possible dans vos réseaux, que le plus de monde possible soit au courant que des genTes résistent actuellement pour préserver un espace menacé par un projet inutile et imposé, qu’illes résistent aux outils répressifs de l’Etat fRançais et qu’illes en subissent la violence à l’instant où ce message est envoyé.

Nous ne défendons pas la Nature, nous sommes la Nature qui se défend !

+ d’infos : 
http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/ 
et http://www.collectif-testet.org/

Source: Rebellyon